Legal Injustice in Taiwan: My Struggle for Fairness and Dignity

Injustice Légale à Taïwan : Mon Lutte pour l'Équité et la Dignité

À qui de droit,

Aujourd'hui, c'était mon jour au tribunal, devant trois juges, où j'ai essayé d'expliquer que j'ai déjà été suffisamment puni et que cela est absolument injuste et ridicule, et tout le monde le sait ! Nous saurons quelle punition m'attend le 10 juillet. C'est juste une des façons dont je suis poursuivi ; il y a encore deux autres affaires en cours, et il semble qu'il n'y ait pas de fin en vue. C'est ridicule et déchirant pour moi de voir Taïwan me décevoir de manière aussi stupide et humiliante. Cela m'a affecté, mon cœur et mes sentiments pour les gens et le lieu que j'aime et que je tiens si près de mon cœur.

J'essaie de faire publier le texte suivant et de le rendre visible dans le plus d'endroits possible en raison du niveau de terreur et de traumatisme que j'ai vécu à cause de mon ancienne propriétaire. Une personne tyrannique et horrible comme celle-ci ne devrait jamais être autorisée à faire ce qu'elle m'a fait et continue de faire. Je n'ai aucun recours légal. C'est une réalisation humiliante et une pilule difficile à avaler lorsque je considère tout le bien que je croyais que Taïwan représentait. Cependant, peut-être que plus tôt cela sera rendu public, plus tôt cela pourra être rectifié.

J'apprécie les conseils d'écriture, mais je suis tout simplement incapable de faire mieux que ce qui suit. J'espère qu'un professionnel l'écrira pour moi parce que je trouve impossible de retirer mes émotions de cela. J'espère que vous pourrez comprendre que c'est très difficile, compte tenu de tout, et si vous ou quelqu'un êtes intéressé à m'aider à raconter mon histoire, ou à organiser une interview, en ligne dans ma salle Zoom ou autre, n'hésitez pas à me contacter. Des rendez-vous peuvent être pris sur rosscline.com/appointment et voici le texte que j'ai utilisé récemment comme lettre aux trois juges que je rencontrerai ce matin :

13 juin 2024

Honorables Juges,

Je vous écris pour partager mon expérience d'injustice légale à Taïwan, en espérant trouver une solution et sensibiliser l'opinion publique.

En 2019, j'ai publié mon contrat de location en ligne parce que tout le monde voulait voir où ma propriétaire l'avait enfreint. Malgré le retrait immédiat et les excuses publiques et personnelles, j'ai été accusé en vertu de la loi taïwanaise sur la protection des données personnelles pour avoir divulgué des informations privées. Cette loi, bien que bien intentionnée, a été appliquée de manière injuste contre moi.

Ma propriétaire, qui a ignoré les mesures de sécurité de base telles qu'une porte correctement verrouillée, a utilisé cette situation pour engager une bataille juridique implacable contre moi. Malgré mes excuses immédiates et ma conformité, j'ai fait face à des menaces, des amendes et un long processus qui a gravement affecté ma santé mentale et épuisé mes ressources.

Points importants :

  • Contrat de location publié en ligne ; retiré immédiatement.
  • J'ai réussi à payer 28 000 NT$ par mois au plus fort de la COVID-19.
  • Accusé en vertu de la loi sur la protection des données personnelles.
  • Aucun avocat ou aide juridique ne m'aidera car le délai de prescription de 6 mois est dépassé, malgré une abondance de preuves vidéo.
  • J'ai enduré d'innombrables audiences et appels, et j'ai même été arrêté et emprisonné plusieurs fois parce qu'un département de police ne savait pas ce que l'autre avait fait et a ignoré l'impact de l'effondrement mental que cela a eu sur moi.
  • J'ai découvert deux autres affaires légales initiées par la propriétaire, prolongeant le processus et augmentant la pression émotionnelle et financière. Il n'y a pas de fin en vue.

Le traitement judiciaire de cette affaire a été lent et biaisé, ignorant mes contributions à Taïwan depuis 2009 et l'absence d'intention malveillante dans mes actions. Ignorer ce qu'une personne logique aurait attendu. Le comportement agressif de la propriétaire et les procédures prolongées du système ont causé des souffrances inutiles qui se sont étendues à ma famille au Canada. Ma mère a particulièrement souffert car j'ai choisi de retourner dans ce pays que j'aime.

Cette situation nécessite une révision de la manière dont la loi sur la protection des données personnelles est appliquée, assurant qu'elle protège les préoccupations légitimes en matière de confidentialité sans permettre des litiges malveillants. Je fais appel à l'empathie et à la compréhension, en espérant une solution qui rétablisse ma paix et ma dignité. Tout bien considéré, je ne peux imaginer qu'une compensation soit accordée à quelqu'un d'autre qu'à moi-même, car dire que j'ai enduré des souffrances mentales et émotionnelles serait un euphémisme et tout le monde le sait.

Sincèrement,

Ross Cline 柯受恩
rosscline.com 
+886-975-474-889
iLearn.tw 
台灣台中市西屯區
大墩二十街118號5F-1 


Texte utilisé pour le deuxième document le 18 juin 2024

 

Argument juridique : Défense basée sur l'article 311

À qui de droit :

Ce document présente une défense juridique basée sur les dispositions de l'article 311 du Code pénal taïwanais, abordant les accusations de diffamation et d'insulte publique portées contre M. Ross Cline. Le contexte et les spécificités de cette affaire soulignent l'applicabilité de l'article 311, en particulier les clauses concernant la légitime défense, la justification personnelle et la protection des intérêts légaux.

  1. Contexte et contexte

    En 2019, M. Ross Cline a téléchargé son contrat de location sur Internet. Cette action a été entreprise en réponse à de nombreuses demandes de preuves des violations contractuelles de sa propriétaire. Malgré le retrait immédiat du document et les excuses publiques et privées, M. Cline a été accusé en vertu de la loi sur la protection des données personnelles. Sa propriétaire, qui n'a pas respecté les mesures de sécurité de base telles qu'une porte correctement verrouillée, a engagé une longue bataille juridique contre lui. Cette situation a gravement affecté la santé mentale de M. Cline et épuisé ses ressources.

  2. Bases juridiques de la défense : Article 311

    L'article 311 du Code pénal taïwanais stipule qu'une personne ne doit pas être punie pour avoir fait une déclaration dans les conditions suivantes :

    1. Légitime défense
    2. Justification personnelle
    3. Protection des intérêts légaux
    4. Rapport d'un fonctionnaire public
    5. Commentaire équitable sur une critique publique
    6. Rapport équitable sur les procédures publiques

    Les actions de M. Cline entrent clairement dans le cadre de la légitime défense, de la justification personnelle et de la protection des intérêts légaux :

    • Légitime défense et justification personnelle : M. Cline a publié le contrat de location pour se défendre contre le harcèlement continu et justifier ses revendications des violations contractuelles de la propriétaire. La publication était une réponse directe aux demandes publiques de transparence concernant les différends avec sa propriétaire.
    • Protection des intérêts légaux : En publiant le contrat, M. Cline a cherché à protéger ses intérêts légaux. La publication du contrat a servi de preuve pour étayer ses revendications et se défendre contre les accusations injustes de la propriétaire. Son intention n'était pas de diffamer, mais de chercher une résolution équitable basée sur des preuves factuelles.
  3. Preuves à l'appui

    • Retrait immédiat et excuses : M. Cline a immédiatement retiré le contrat de location et a présenté des excuses publiques et personnelles, démontrant son absence d'intention malveillante.
    • Pression financière et batailles juridiques : Malgré des charges financières importantes, y compris le paiement de 28 000 NT$ par mois au plus fort de la COVID-19, M. Cline a respecté les procédures légales et a enduré de nombreuses audiences judiciaires.
    • Manque de soutien juridique : Aucun avocat ou aide juridique n'a été disposé à aider M. Cline en raison du délai de prescription, malgré une abondance de preuves vidéo soutenant ses revendications.
  4. Appel à la résolution

    Le traitement prolongé et biaisé de cette affaire par le système judiciaire a ignoré les contributions de M. Cline à Taïwan depuis 2009 et l'absence d'intention malveillante dans ses actions. Les actions juridiques agressives de la propriétaire et les procédures prolongées du système ont causé des souffrances inutiles qui se sont étendues à la famille de M. Cline au Canada.

    Cette situation nécessite une révision de la manière dont la loi sur la protection des données personnelles est appliquée, assurant qu'elle protège les préoccupations légitimes en matière de confidentialité sans permettre des litiges malveillants. M. Cline fait appel à l'empathie et à la compréhension, en espérant une solution qui rétablisse sa paix et sa dignité. Compte tenu des circonstances, toute compensation devrait être accordée à M. Cline, considérant les graves souffrances mentales et émotionnelles qu'il a endurées.

  5. Conclusion

    Basé sur les dispositions de l'article 311, les actions de M. Cline étaient justifiées en tant que légitime défense, justification personnelle et protection des intérêts légaux. Les preuves montrent qu'il a agi sans intention malveillante et en réponse au harcèlement continu et aux défis juridiques. Par conséquent, M. Cline ne devrait pas être puni sous les accusations de diffamation ou d'insulte publique.

Sincèrement,

Ross Cline 柯受恩
rosscline.com 
+886-975-474-889
iLearn.tw 
台灣台中市西屯區
大墩二十街118號5F-1 

 


Références juridiques :

  • Article 309 : Insulte publique
  • Article 310 : Diffamation
  • Article 311 : Exemptions pour intention de bonne foi
  • Article 312 : Insulter ou diffamer une personne décédée
  • Article 313 : Endommager le crédit par des rumeurs ou des moyens frauduleux

    Voir les vidéos / Première publication

     

    Retour au blog

    Laisser un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.